chargement…

BIENVENU(E)

SUR L'ABC DE LA NORMALISATION ET METROLOGIE EN RDC
EN SAVOIR PLUS

APROMEN: Journée internationale de la lutte contre la corruption

l’Association pour la promotion de la métrologie et la normalisation, APROMEN a participé aux activités commémoratives de la JOURNEE INTERNATIONALE DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ce lundi 09 décembre 2019.

la coalition anti-corruption des organitions de la société civil, un regroupement représenté par l’UNIS Mouvement Blanc, OPEN RDC et l’association pour la promotion de la normalisation “APROMEN” a décrété en marge de la journée internationale de lutte contre la corruption, l’année 2020, l’année de la lutte contre la corrruption en République Démocratique du Congo. C’est dans ce cadre que monsieur Evariste KALONJI, l’un des orateurs et représentant APROMEN dans ces travaux au cours de la conférence débat dont le thème était: “Anti-corruption, quel role et quels moyens d’action pour la sociiété civile congolaise” de ce 09 Décembre 2019, entretenu les participants et la presse sur l’importance de la Normalisation dans la lutte contre la corruption.

Voici le mot de circonstance prononcé par l’ingénieur Eva KALONJI au nom de l’APROMEN:

Mesdames, Mlles et Messieurs, à vos titres et qualités respectifs, distingués invités.

 le thème que nous proposent les organisateurs de cette conférence nous interpelle particulièrement en tant que membres et acteurs de la société civile. Nous, l’Association pour la promotion de la Métrologie et la Normalisation en RD Congo «  APROMEN » en sigle, estimons pouvoir humblement répondre à la question : « Anti-corruption, Quel rôle et quels moyens d’actions pour la société civile congolaise ?

En effet, la mise en œuvre et l’application des normes et aussi le respect des mesures exactes sont des outils essentiels de la lutte contre la corruption.

La commémoration de la Journée Internationale de la lutte contre la corruption nous amène à constater que la RD Congo ne peut pas bénéficier de manière optimale des avantages de la pratique de la Normalisation dans le domaine de la lutte contre la corruption à cause de l’absence d’un Système Normatif National (SNN) cohérent. Cette situation favorise la pratique de l’arbitraire et de la corruption en même temps qu’elle constitue un frein à l’intégration économique nationale, régionale et internationale ainsi qu’au développement durable.

Les normes dont nous sommes chantres et sensibilisateurs peuvent aider sérieusement dans la lutte contre la corruption. Outres les normes génériques comme la norme du management qualité ISO 9001 qui organise le fonctionnement de tout organisme, La Norme ISO 37001:2016 est applicable à la corruption uniquement. Elle définit des exigences et fournit des préconisations pour les systèmes de management conçus pour aider les organismes à prévenir, détecter et lutter contre la corruption, et à respecter les lois anti-corruption et leurs engagements volontaires applicables à leurs activités.

L’ISO 37001:2016 définit des exigences et fournit des préconisations pour l’établissement, la mise en œuvre, la tenue à jour, la revue et l’amélioration d’un système de management anti-corruption. Le système peut être autonome ou intégré à un système de management global.

L’ISO 37001:2016 couvre les aspects suivants en ce qui concerne les activités de l’organisme:

– corruption dans les secteurs public, privé et à but non lucratif;

– corruption par l’organisme;

– corruption par le personnel de l’organisme agissant pour le compte de l’organisme ou dans son intérêt;

– corruption par les partenaires commerciaux de l’organisme agissant pour le compte de l’organisme ou dans son intérêt;

– corruption de l’organisme;

– corruption du personnel de l’organisme dans le cadre des activités de l’organisme;

– corruption des partenaires commerciaux de l’organisme dans le cadre des activités de l’organisme;

– corruption directe et indirecte (par exemple, un pot-de-vin offert ou accepté par une tierce partie).

L’ISO 37001:2016 n’aborde pas spécifiquement la fraude, les ententes et autres délits anti-trust/de concurrence, le blanchiment d’argent ou autres activités liées à des manoeuvres frauduleuses, même si l’organisme peut choisir d’étendre le périmètre du système de management afin d’inclure de telles activités.

Les exigences du présent document sont génériques et destinées à s’appliquer à tous les organismes (ou parties d’organisme), indépendamment du type, de la taille et de la nature de l’activité, qu’ils évoluent dans le secteur public, privé ou à but non lucratif.

De ce qui précède, nous disons que pour lutter contre la corruption la société civile a pour rôle :

  • La sensibilisation des acteurs
  • La formation sur la mise en application des normes y afférentes
  • Le contrôle règlementaire et citoyen

SENSIBILISER – FORMER – CONTROLER

Je vous remercie

Laisser un commentaire